Didier Laurens

“Soixante-huit “Orteil d’Or 2019

Posté par on 26 / 06 / 2019 de Didier Laurens, Orteil d'Or 2019 | 2 commentaires

  SOIXANTE-HUIT C’est fou ce que ça pue dans cette chambre. Je ne vais pas m’habituer. Je pourrais ouvrir un peu la fenêtre, pour laisser entrer l’air. L’air du printemps et de la liberté. Qu’elle drôle d’idée. Comme si je n’en avais pas eu assez de liberté. Jusqu’à présent je n’ai fait que ce qui me plaisait. Je vais essayer de me lever pour ouvrir cette fenêtre, je parie qu’elle est verrouillée. C’est un établissement privé ici, ils doivent prendre des...

Lire plus

 MOMO

Posté par on 27 / 06 / 2018 de Didier Laurens, Orteil d'Or 2018 | 1 commentaire

 MOMO Il avait été réveillé en sursaut. Quelque chose avait changé. Momo avait écarquillé les yeux, malgré des paupières lourdes et gonflées. La veille il avait encore abusé. Il y avait longtemps qu’il n’était plus raisonnable. Dès la fin des gelées il avait quitté le foyer d’accueil en zone industrielle pour dormir à la belle étoile. Il changeait souvent de place, pour ne pas se faire embêter par la brigade. Et puis il redoutait ses anciens amis dont les bonnes intentions le fatiguaient plus que le...

Lire plus

La fleur au fusil

Posté par on 28 / 06 / 2017 de Didier Laurens, Orteil d'Or 2017 | 0 commentaire

Orteil d’Or 2017 : La fleur au fusil Le 5 octobre Mon bien aimé Hubert, voilà déjà trois mois que tu es parti. Tu m’avais dit que cette guerre ne durerait pas lorsque tu as pris le train pour Paris. Que vous ne tarderiez pas à mettre tous ces infâmes allemands dehors. L’automne est là et je ne sais même pas où tu es. La vigne est vendangée mais tu n’est pas là pour faire le vin. Le soir quand je vois ta petite lettre sur le buffet je suis moins lasse. Je me souviens quand mon ventre était gros et que tu le...

Lire plus

Lush Life

Posté par on 23 / 06 / 2015 de Didier Laurens, Nouvelles, Orteil d'Or 2015 | 1 commentaire

  LUSH LIFE* La première fois, j’avais commencé à l’entendre au milieu de la nuit. Je m’étais réveillé comme cela m’arrivait souvent depuis quelque temps. Au début, quand j’avais pris mon poste au service comptable, je dormais comme un bébé, peu soucieux des difficultés que j’avais pu rencontrer dans la journée ou de celles que j’aurais probablement le lendemain. J’avais du travail, c’était l’essentiel. Petit à petit, au fil des années, le sommeil commençait à...

Lire plus

Les manies de Mona

Posté par on 26 / 06 / 2014 de Didier Laurens, Orteil d'Or 2014 | 0 commentaire

Les manies de Mona   Richard purge la seringue sous l’œil attentif du maton. Pas pratique de réaliser ce geste simple les poignets serrés par une paire de menottes. Il a eu beau demander qu’on le détache en secouant bruyamment ses mains enchaînées. L’autre s’est contenté de faire non de la tête et d’invoquer le règlement tout en se tournant vers le juge pour confirmation. Richard se demande bien de quoi ils ont peur, qu’il leur fonce dessus avec la seringue ou qu’il se la plante dans le...

Lire plus

Une rencontre imprévue

Posté par on 11 / 10 / 2013 de Didier Laurens, Nouvelles | 0 commentaire

               Depuis combien de temps Marcel est-il dans cette salle d’attente? Depuis combien de temps il est dans la salle d’attente de sa vie d’ailleurs , rumine-t-il, tout en parcourant les lieux d’un regard morne. C’est une salle d’attente comme on en voit dans tous les hôpitaux et les cliniques ou les laboratoires d’analyses médicales. C’est une pièce assez vaste avec des rangées de sièges disposés en quinconce comme dans les aéroports. Chaque groupe de rangée est destiné...

Lire plus

Trois Vénus à Venise

Posté par on 11 / 10 / 2013 de Didier Laurens, Nouvelles | 0 commentaire

La granda nave emprunte le canal San-Marco. Du paquebot géant, une étrange jeune femme ignore la vue qui s’offre à elle et dédaigne les banderoles NO GRANDI NAVI des manifestants. A la nuit tombante elle descend à terre puis elle prend le vaporetto. Ses chaussures fines ne supporteraient pas les dalles irrégulières de la Sérénissime. Elle ne veut pas abimer sa belle robe de satin bleu-vert dans les ruelles obscures remplies de détritus. Ni se faire voler la chaine d’or suspendue à son cou. Le palais des Doges a fermé...

Lire plus

Les Oies sauvages

Posté par on 25 / 11 / 2012 de Didier Laurens, Textes courts | 1 commentaire

  On était en train d’accorder les guitares. Jef avait réglé avec soin la position de la batterie cinq fûts et les cymbales. Puis la charleston, à gauche de la caisse claire. Il y avait aussi deux congas dans un coin mais on avait pas de percussionniste. Dans la formation Jef et moi on était très proches musicalement. En fait ce n’était pas quelqu’un qui essayait de s’imposer à tout prix. Et puis c’était le meilleur batteur que je connaissais. Contre toute attente, entre lui et Joé le bassiste ça...

Lire plus

NEGMARRON

Posté par on 07 / 11 / 2012 de Didier Laurens, Nouvelles | 1 commentaire

Ça avait été facile de leur fausser compagnie. Beaucoup trop facile. Pris d’une soudaine gaieté il en pouffait encore de rire mais en silence, comme un élève le ferait dans le dos de son instituteur. Dans l’aéroport gris, à la sortie du satellite, il avait profité de la foule caquetante et bigarrée pour quitter la file de voyageurs tirant leurs bruyantes valises à roulettes. Il avait obliqué brutalement dans un couloir interdit puis il avait pris l’escalator à contre-sens. Il avait ainsi déjoué toutes les...

Lire plus

Il arriva chez nous un dimanche de mai… (compilation 2ème année)

Posté par on 11 / 04 / 2012 de Actu, Betty Lefebvre, Colette Bellanger, Denise Pezennec, Didier Laurens, Jean Michel Kerne, Laure Timon, Louis Mancy, Marie Claude Contrault, Philippe George, Sylvie Antoniw, Textes courts | 0 commentaire

Cette consigne de l’atelier du 28 février est inspirée de l’incipit du Grand Meaulnes d’Alain Fournier. Le temps d’écriture était limité à 40mn. Voici donc  les textes de chacun, dans l’ordre alphabétique des prénoms       Il arriva chez nous un dimanche de mai …   L’air était doux, les feuilles bruissaient légèrement, les fleurs coloraient la pelouse rase. C’était vraiment un bon jour pour arriver…   Nous l’attendions, apprêtés comme souvent pour un dimanche, le...

Lire plus

Rechercher