Laure Timon

(Prix spécial du Jury Orteil d’Or 2018) Un dimanche de mai 

Posté par on 27 / 06 / 2018 de Laure Timon, Orteil d'Or 2018 | 0 commentaire

Un dimanche de mai  (Prix spécial du Jury Orteil d’Or 2018) Il n’avait pas l’habitude de se trouver si tôt dans les rues d’Auxerre. Il détestait les aurores. Quand le réveil sonnait, il avait souvent la nausée. Ouvrir les yeux était une punition, se lever un supplice. Un de ses plus grand plaisir était, le week-end, d’entendre sonner le réveil, de l’éteindre et de se rendormir après avoir mis la main sur sa fesse. Ce dimanche-là, pourtant, il avait su en ouvrant les yeux dans le noir qu’il ne pourrait plus les...

Lire plus

le Tire-bouchon

Posté par on 31 / 05 / 2018 de Laure Timon, Nouvelles | 0 commentaire

Le tire-bouchon La journée avait été rude. Son supérieur, un petit con d’à peine trente piges tout juste sorti de Sciences Po l’avait reçu pour son entretien d’évaluation annuel. Il en avait profité pour lui faire comprendre l’improductivité de ses méthodes de travail. Il ne comprenait pas l’intérêt pour l’entreprise de perdre son temps à écouter les acheteurs. Il y avait les listes des produits à acheter, cela suffisait. Il avait pris l’exemple de sa dernière cliente : Une petite vieille qui partageait son F2...

Lire plus

Top Cheffe

Posté par on 28 / 06 / 2017 de Laure Timon, Orteil d'Or 2017 | 0 commentaire

Orteil d’Or 2017 : Top Cheffe Je regarde trop la télévision. Je le sais, mais c’est plus fort que moi. Ça m’occupe. Elle était allumée ce matin là. J’étais en train de nettoyer mes vitres quand j’ai entendu Sophie Marceau. J’aime bien Sophie Marceau. On est nées le même jour à deux ans d’intervalle. Je me la suis toujours imaginée un peu comme une sœur. En mieux…en beaucoup mieux mais une sœur quand même. Un gars à peine propre lui posait des questions sur sa vie privée et elle, elle ne répondait pas...

Lire plus

Je ne supporte pas les cerises.

Posté par on 19 / 12 / 2015 de Laure Timon, Textes courts | 0 commentaire

Consigne : Nouaison Je ne supporte pas les cerises. Mes parents avaient pour seul bien, pour seul fierté un verger de cerisiers. Tous les mois de juin, depuis l’année de mes dix ans, j’avais été obligé de me lever à l’aube et de me coucher au crépuscule pour cueillir leurs fruits maudits. Trois cagettes avant l’école, trois cagettes après, sinon pas de souper. Tous les ans, au moment de la nouaison, mes parents se lamentaient : « Les fleurs sont gelées, malades, pourries. On n’aura pas de cerises cette année. » Tous...

Lire plus

le diabolique détail

Posté par on 19 / 12 / 2015 de Laure Timon, Nouvelles | 2 commentaires

C’était mon amie, ma seule amie. J’avais été une enfant solitaire, une collégienne mise à l’écart, trop intello puis une étudiante studieuse. Je ne sortais pas dans les soirées, je ne m’attardais pas dans les cafés enfumés. Ma bourse suffisait tout juste à payer mes tickets de RU, mon loyer et un aller-retour par mois pour la maison de mes parents. Je passais le plus clair de mon temps à la bibliothèque. Là j’entendais les bavardages futiles des autres. Je les enviais parfois tout en essayant de les...

Lire plus

Cauchemar

Posté par on 19 / 12 / 2015 de Laure Timon, Nouvelles | 1 commentaire

J’ai toujours eu un sommeil de plomb. En randonnée, je me souviens m’être endormie sur le sol nu d’un garage, la tête sur une gourde, bercée par une chasse d’eau automatique. A six heures tout le monde était debout, l’humeur dans les chaussettes, les cernes sous les yeux. Moi j’étais bien, si mes camarades ne m’avaient pas secouée pour se précipiter vers un café serré, je n’aurais pas bougé avant dix ou onze heures. Pourtant, depuis quelques temps, je me réveille en sueur au milieu de la nuit. Ensuite, impossible...

Lire plus

Le magnifique

Posté par on 23 / 06 / 2015 de Laure Timon, Nouvelles, Orteil d'Or 2015 | 1 commentaire

Le magnifique C’était un morne jeudi matin. Les élèves se réveillaient doucement dans la grisaille d’une journée d’automne où à neuf heures je n’aurais pas pu jurer que le soleil aller finir par se lever. J’avais moi-même du mal à émerger d’une torpeur cotonneuse. J’étais en train de me demander si, au lieu de lutter contre la léthargie ambiante, il ne valait mieux pas s’y abandonner totalement en lançant un film. J’avais sous le coude « L’organisation du marché de l’énergie dans l’espace européen »....

Lire plus

Cauchemar.

Posté par on 11 / 12 / 2014 de Laure Timon, Textes courts | 0 commentaire

J’ai toujours eu un sommeil de plomb. En randonnée, je me souviens m’être endormie sur le sol nu d’un garage, la tête sur une gourde, bercée par une chasse d’eau automatique. A six heures tout le monde était debout, l’humeur dans les chaussettes, les cernes sous les yeux. Moi j’étais bien, si mes camarades ne m’avaient pas secouée pour se précipiter vers un café serré, je n’aurais pas bougé avant dix ou onze heures. Pourtant, depuis quelques temps, je me réveille en sueur au milieu de la nuit. Ensuite, impossible...

Lire plus

Castration

Posté par on 11 / 12 / 2014 de Laure Timon, Textes courts | 0 commentaire

Dialogue : la castration des chats. À leur rendez-vous mensuel, Léonie manque de s’effondrer en sanglot en se précipitant vers ses deux meilleures amies. Mes chéries, mes chéries, c’est horrible ! Mon chat, mon gentil matou, ma petite boule de poils adorée… Marie-thé, la plus âgée prend les choses en mains. Elle s’approche de Léonie, et lui dit doucement. Calme-toi, reprends tes esprits et explique-nous ce qui se passe sans pleurer. Vous vous souvenez de mon petit chaton angora, je l’ai adopté il y a dix...

Lire plus

Le mariage pour tous.

Posté par on 26 / 06 / 2014 de Laure Timon, Orteil d'Or 2014 | 0 commentaire

  C’est le jour le plus émouvant de ma vie. J’ai passé ma journée à préparer ma demande en mariage. Je suis prêt. J’ai acheté une bague, évidemment. Je suis allé pour cela dans un salon du mariage gay. Je n’ai pas encore le courage, l’inconscience ou la naïveté, de faire comme si nous étions un couple comme les autres, comme si je pouvais rentrer dans n’importe quelle boutique, demander une alliance pour mon futur mari sans craindre le regard de la vendeuse. J’ai eu du mal à m’accepter homosexuel, je ne suis pas...

Lire plus

Rechercher