Les Résidents malades de leur fin

post details top
Juin 27th, 2014
post details top

Les résidents malades du syndrome de la fin

Un mal qui répand la terreur

Mal que le ciel en sa fureur

Inventa pour punir les anciens Bourguignons

D’avoir trop bien servi la chair et la boisson

La fin, ici et là, hantait les résidents.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient prudents,

Chacun voulait sauver les restants de sa vie

De voir encadrée, aucun n’avait envie

Sa photo à l’entrée en signe de sortie.

Tous étaient demandeurs de plus de pharmacie

Pilules, suppositoires et piqûres du soir

Aérosols, whisky, tout élixir d’espoir

Distribués à gogo par nombre d’infirmières

Aux corsages ouverts, rêve des centenaires.

Les femmes demandaient l’embauche d’infirmiers.

 

Un conseil se tint afin de réfléchir

Lequel d’entre tous s ‘en irait le premier

Coupable, tout courbé, il se devait fléchir

Le céleste courroux par l’aveu de ses fautes.

Le percepteur se leva et bredouillant de honte

Avoua : « ma tondeuse est usée d’avoir forcé la tonte

De nombreux contribuables, il fallait que ça saute ! »

« C’était votre devoir, vous appliquiez la loi

Et vous leviez la dîme comme aurait fait le roi. »

 

Le banquier s’approcha : « j’avoue que sans vergogne

J’entassais les écus et m’emplissais les pognes

Je devrais, sans conteste, y passer le premier. »

 

le dentiste à son tour dénonça ses mensonges

« Ce n’est rien lui dit-on, nous passons tous l’éponge »

 

Deux imprimeurs alors, se tenant par la main,

Avouèrent quelques coquilles et certains faux billets.

 

Une voix féminine douce comme jasmin

Confessa : « les élèves parfois, je les ai ennuyés

Et certains dans la classe sont même allés au coin. »

Haro sur la maîtresse

Quelle scélératesse !

Avoir osé punir nos malheureux gamins !

Sa peccadille fut jugée un cas pendable.

Gronder leurs chérubins, quel crime abominable!

Rien que la mort n’était capable

D’expier son forfait :

On la prit en photo, ce fut irrémédiable !

 

Selon que vous serez puissant ou misérable

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir .

 

Morale des résidents :

Écrire et raisonner, astiquer ses méninges,

Est le meilleur moyen de prolonger ses jours,

D’entretenir la vie en s’étonnant toujours !

23 juin 2014 – Ludotextes-Poésie – Textes collectifs – Mémoires de Bourgogne

 

 

 

 

 

 

1 Commentaire

  • Pezennec Denise

    Votre humour,vos rires, votre souci de rester dans l’esprit de la fable, j’ai vécu tout cela et j’espère qu’une majorité des utilisateurs et lecteurs de ce site vous complimentera. mes amitiés.

    reply

Laissez un commentaire

Recherche

juin 2014
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Advertisement