L’épi fané

post details top
17 / 01 / 2019
post details top

 à partir de la consigne : la galette de Léroy

Quand l’épi fana,

Quelque part sur terre un vendredi de moule marinière Leroy s’enticha de Marraine mais Marraine se moquait de Leroy.

Pour calmer son émoi, Leroy s’enquêta  d’une idée d’amande douce, de beurre laitier et de sucre vanillé.

Il y mit tout son coeur.

Le mélange exquis embauma la sphère de Marraine qui se pâma d’enfer à la tentante odeur.

Elle n’en fit qu’une bouchée, avala frangipane et coeur à la fois.

Leroy fut définitivement délivré de cet amour contrarié mais décédé.

En punition, les filles une fois par moi, pleurèrent des larmes  de sang.

Dès lors la tradition dite de “la galette de Leroy” fêtera l’infertilité et le désamour jusqu’à l’extinction de la race humaine.

Je suis la dernière survivante et personne ne pourra plus jamais s’intéresser à cette histoire sauf peut être quelques irréductibles traîne-savates planqués dans un bunker russe.

Dans l’éventualité qu’ils se reproduisent, ce que je n’ose imaginer, je veillerai moi même à noyer les rejetons, en finir une fois pour toute de cette humanité, la plus grande erreur créée.

Je me meurs sans regret mais, mais que vois je au loin là bas dans le noir, des nus pieds, non mais non… les traîne savates renfloués de bébé…non, non….

L’ anagramme de Bruno Poissonnier: 

-bois puis ronronne- 

Ça vous étonne?

07 janvier 2019 – Ludotextes – Marie Batllo

Laissez un commentaire

Rechercher