Antoine, rentrée scolaire

post details top
Mai 1st, 2018
post details top

Biographie : rentrée scolaire

Ma mère avait retaillé une culotte de mon frère ainé, Aleksander, pour ma première rentrée scolaire. Elle était un peu rapiécée mais j’étais fier car elle était à ma taille. Marek ne l’avait pas portée, elle était donc quasi neuve.

J’étais inquiet en ce mois d’octobre 1930 car j’allais entrer à l’école pour la première fois. Ma mère avait pris le temps de me peigner ce matin là et son baiser sur le haut de ma tête me semblait différent. Il avait la saveur d’un talisman pour affronter ce monde étrange que ma soeur, Ludmilla et mes frères me décrivaient régulièrement depuis quelques semaines.

Marek, mon ainé de deux ans, ouvrait la marche vers l’école municipale. Aleksander était en apprentissage dans la ville voisine. Ludmilla n’était pas dans la même cour et je ne voulais pas apparaître devant les autres garçons de mon âge comme le petit dernier fragile de la famille Rajinsky.

Marek avait déjà rejoint rené et Raymond, ses amis, et nos voisins les plus proches. Je connaissais Jean qui habitait dans notre rue. Je n’avais aucune envie d’aller vers lui alors que nous avions le même âge. Il nous lançait régulièrement des regards méchants en nous appelant « Les Polaks ». Dans mon français balbutiant, je ne comprenais pas cette expression. J’avais demandé à mes parents ce que cela voulait dire. Ils avaient mis du temps à me répondre. Aleksander était entré en colère quand je m’étais adressé à lui. Ludmilla avait baissé les yeux et Marek s’était contenté de hausser les épaules. Ma mère avait fini par trancher en me répondant que c’était un salut mais mal poli.Je n’avais donc aucune envie d’aller auprès de Jean et des garçons qu’il fréquentait.

Puis j’ai vu un garçon qui était aussi blond que moi et qui était seul également. C’était la première fois que je voyais Lucien. Il allait devenir mon meilleur ami, celui des mes années scolaires. Lucien fut mon répétiteur, mon dictionnaire. Il était fragile, un problème de coeur disait-il en souriant. Il ne pouvait courir mais il était plus rusé que nous tous. Il m’aida plus d’une fois à réduire à un silence respectueux et craintif ceux qui utilisaient le mot « polak » ou celui de « bâtard » pour Lucien. Il était né très peu de temps après le mariage de ses parents et les comètes s’étaient fait un plaisir de souligner le peu de ressemblance avec son père. Lucien fut ma bonne étoile. Je fus ses poings et ses jambes, il était mon lexique.

Lucien m’aidait à me défaire de mon accent. Marek s’en fichait et utilisait un langage ponctué de fautes et d’expressions polonaises. Je n’avais pas honte de mes origines mais je ne voulais pas qu’on se moque de moi. Avec Lucien, je progressais, j’apprenais des mots, des tournures de phrases très locales. Très vite, les gens étrangers au village eurent du mal à croire que j’étais le dernier fils de Franek et Marie Rajinsky. J’étais fier de mes progrès et Lucien de son élève.

Le Polak et le Bâtard avaient su se trouver pour s’unir et grandir. Au fil des années, notre duo fit de la place à deux autres garçons, Yves et Gabriel. Nous étions heureux de les fréquenter car ils avaient des soeurs fort jolies également. Il y avait Geneviève et ses nattes dorées, Louise et ses yeux bleus immenses, Paulette et son rire cristallin puis Marguerite qui rougissait pour un rien.

Nous nous entrainions avec Lucien pour trouver la façon la plus naturelle de les saluer. Nous savions que d’ici peu de temps, il nous faudrait les inviter à nous accompagner au bal.

17 octobre 2017 – Biographies – Emmanuelle Dal Pan

Laissez un commentaire

Recherche

mai 2018
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Advertisement

mai 2018
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031