Témoignage

post details top
11 / 02 / 2013
post details top

Tous, autant que nous sommes, la vie nous a plus ou moins cabossés et après avoir clamé au cours des années : “Moi, en maison de retraite ?  Jamais !” , nous y sommes.

Nous y sommes avec nos misères, nos défauts et nos qualités et essayons tant bien que mal de nous adapter à la vie en groupe. Mais nous sommes des êtres fragiles !

Il suffit bien souvent d'(un geste d’amitié, pour redonner du courage. Mais nous sommes également des écorchés vif, et si nous sommes sensibles à un geste d’amitié, une phrase mal interprétée ou un simple geste peuvent nous démolir.

La vie nous a usés. La plus cruelle vieillesse n’est pas organique, elle est celle des coeurs. Nous sommes devenus des mort-nés, amers. L’éclat est perdu, nos espérances sont écornées, nous nous sommes accomodés de désespérer du monde.

Noël 2012 – Fragments – Emile L.

extrait d’un éditorial de Emile L. de Noël 2012, sur l’Echo de la Résidence,  journal interne de Mémoires de Bourgogne.

1 Commentaire

  • schmitt claire

    pourquoi nous n’avons accés qu’à un extrait de l’éditorial ?
    J’aurais aimé lire la suite, pour plusieurs raisons :
    d’une, je suis la plus “jeune” de ces 6 enfants
    de deux je suis auxiliaire de vie…
    et surtout j’aime ce qu’il écrit, c’est d’une profondeur incroyable, j’en suis toute retournée.
    Merci papa
    Claire

    reply

Laissez un commentaire

Rechercher