Avec Léo

post details top
24 / 12 / 2012
post details top

 insérer dans un texte des titres de chanson de Léo Ferré

C’était il y a longtemps, drapé de solitude, je me remémore cette si jolie môme à laquelle j’avais goûté autrefois.

C’est extra de s’arrêter pour se souvenir juste comme ça.

Cela me ramène aux vivants.

L’air de con te partiro joué sur le piano du pauvre m’inspire la mélancolie.

Je nous revois couchés sur l’herbe au printemps.

Elle me disait après nos transports, en riant: “toi tu ne me dis jamais rien”, puis elle ajoutait dans un souffle entre ses dents à peine audible comme pour elle, “alors que moi, moi je t’aime tant”…

Je l’entendais quand même et avec ces paroles ses attentes de bourgeoise, elle voulait se pendre, mon emprisonnement, le mariage,…ma mort!

Son coeur battait d’espoir tandis que le mien de peur, battait encore plus fort.

Je décidais alors de dire merde à Vauban et de la fuir.

En pleurant elle se demanderait longtemps : “est ce ainsi que les hommes vivent?” puis elle oublierait, elle oublierait sûrement…sûrement avec le temps.

Aujourd’hui ce dernier a bien fait son travail et repeint sur ma tête quelques cheveux en blanc.

Peut-être a-t-elle décidément tout oublié de nous, tandis que je me souviens.

Et s’il devait me demander à présent, de signer en bas à droite pour cet enfermement,

ce serment éternel en lettres capitales, je le ferai docilement et ajouterai…Thank you…

Satan!!

27 décembre 2011 – Ludotextes– Clarime de Brou

 

Laissez un commentaire

Rechercher