La vieille dame aux cheveux gris

post details top
19 / 11 / 2012
post details top

Dans le silence de son logis

la vieille dame aux cheveux gris

le front contre une vitre rêve,

Elle vit seule dans Paris

depuis la mort de son mari

chaque jour elle lui dit “je t’aime” sans trêve.

Trottant menu rue Montsouris

elle file vers la pâtisserie

où il allait tous les dimanche.

Il aimait la voir déguster

le chocolat le praliné

dans sa jolie robe pervenche.

Dans le silence du logis

la vieille dame aux cheveux gris

seule sur ses souvenirs se penche.

Personne ne vient plus la voir

elle a troqué pour jupons noirs

sa si jolie robe pervenche.

Aujourd’hui c’est au cinéma

qu’elle pousse son pèlerinage

quand sur l’écran vient le baiser

qui clôt le long conte de fée

paupières closes elle savoure

ce doux moment de ses vingt ans

où le noir rapprochait leurs lèvres.

Dans le silence de son logis

la vieille dame aux cheveux gris

dénoue un très long ruban blanc.

Toutes les lettres tous les messages

mots d’amour nouvelles de guerre

histoires dont elle est très fière

elle peut les réciter sans trêve.

Ce matin des fleurs plein les bras

à Montparnasse elle va tout droit

pour un rituel anniversaire.

Devant la tombe de l’aimé

l’amant l’époux jamais quitté

elle murmure une prière.

Elle refuse ces rêves vains

le temps qui fuit toujours plus loin

elle en a assez de la vie

la vieille dame aux cheveux gris.

Elle veut que se ferment ses yeux

dans ce logis qui fut à eux sans trêve.

Denise Pezennec –Poésie– 1er prix Poésie Bourgogne – Nivernais – Morvan

 

 

Laissez un commentaire

Rechercher