Une envie satisfaite

post details top
02 / 02 / 2012
post details top

Avec mes deux frères, nous étions heureux en famille ; parents et grand-mère nous choyaient ; nous nous aimions et avions l’habitude du partage et des joies simples. Nos jeux étaient créatifs et nous réalisions de petites merveilles avec des vieux échantillons de tissus, des boîtes d’allumettes, des bouts de ficelle, des morceaux de bois aux formes extraordinaires… jusqu’au jour où, insatisfaite, j’ai eu l’envie folle d’une grande poupée “toute faite” aux bras, jambes et tête articulés, habillée d’une robe de satin rose bonbon et découverte au stand de tir un jour de fête foraine au village.

Il fallait casser un certain nombre de pipes en plâtre pour avoir droit à ce lot luxueux ! Ce que fit mon père, très bon chasseur et excellent à la carabine ! Je savais qu’avec lui, je ne serais pas déçue ; je comptais les coups de carabine et je ne fus pas peu fière quand j’ai entendu haut et fort : “GAGNÉ”! Je possédais enfin la poupée rêvée ! Je l’admirais beaucoup malgré son allure bizarre. J’ai joué quelque temps avec elle ; puis il a fallu la mettre au placard : j’étais devenue trop grande, paraît-il !

Un jour, un petit curieux de la famille a ouvert le placard, s’est emparé de “l’horreur” et l’a complètement désarticulée ! Adieu, belle poupée blonde qui ne savait même pas dire “maman” ni fermer et ouvrir les yeux !

Ce fut pourtant un de mes premiers chagrins d’enfant … Mais à dire vrai, cette poupée n’était pas belle du tout et je n’ai eu aucun regret !

Printemps 2011 – Textes courts – Marie Thérèse G.

Laissez un commentaire

Rechercher